Maraude citoyenne – C’est la rentrée [Montpellier]

Maraude citoyenne – C’est la rentrée [Montpellier]

Il vient un temps où protester ne suffit plus ;
Après la philosophie, il faut l’action

Face à l’indifférence croissante de notre société et face à un monde qui se dit désillusionné, nous avons décidé d’agir. La citoyenneté, c’est avant tout veiller les uns sur les autre, car nous appartenons toutes et tous à la même communauté.

Ensemble, en tant que citoyens, les membres de Jeunesse S’engage vont à la rencontre des plus démunis, dans les rues du centre ville.

En proposant une boisson chaude, de la nourriture, des vêtements, mais aussi des adresses utiles et de la chaleur humaine ; en renouant la chaîne de la solidarité entre humains, modestement, nous voulons éveiller les consciences, et agir concrètement en aidant du mieux possible.

L’objectif premier est de venir en aide concrètement. Nous apportons café, thé, soupe chaude, sandwichs, pizzas : l’idée, c’est que chacune et chacun apporte un petit quelque chose, participe à la hauteur de ses moyens, ou quelque chose qu’il aura fait lui-même. Mais nous distribuons aussi des produits d’hygiène, des vêtements, des cartes avec des lieux utiles. Nous essayons surtout d’écouter, de parler, de rire : nous appelons ça la solidarité effective. Chacun apporte un peu de ce qu’il a et de ce qu’il est, et nous ne demandons à personne de financer notre actions.

Le second objectif, lié intimement au premier, est de consigner ce que nous faisons et les gens que nous aidons – très modestement : ainsi, nous réfléchissons, au sein de L’École des Savoirs, au pourquoi du regain énorme de la pauvreté extrême en France ; et nous y apportons des propositions globales. Le but est également de créer et de mettre en place des processus permettant à des personnes, rencontrées dans nos rues, d’en sortir.


Car la citoyenneté, c’est avant tout veiller sur les autres, nous agissons de façon régulière chaque semaine, non pas par l’assistanat, mais par l’entraide et la solidarité.

Témoignages de maraudeurs

“Le mardi 5 octobre 2016,

Première Maraude citoyenne de l’année avec l’association Jeunesse S’engage.
Pourquoi y suis-je allé?
Sûrement pour me sentir utile auprès des autres. C’est vrai, beaucoup passent leur temps (et moi le premier) à se pavaner devant la télévision et à crier au scandale car rien ne va.
On se pose des questions sans forcément trouver des réponses… Comment agir auprès des personnes les plus démunies quand nos Hommes politiques (tous bords confondus) se moquent de la France d’en bas? Des actions au quotidien, 10CTS€ par ci, une clope par là… On aide comme on peut avec les moyens que l’on a. Faudrait-il encore que tout le monde ait cet acquis de conscience dans une société de plus en plus individualisée et individualiste. On marche en regardant nos smartphones sans lever la tête, on ne communique plus si ce n’est, par les “réseaux sociaux” qui en réalité, désociabilisent plus qu’autre chose.

Comment agir concrètement? La réponse, je l’ai trouvée un mercredi fin septembre 2016 dans un Amphi de la fac de Montpellier. Deux intervenants (Olivier et Thierry) se sont présentés, ont présenté leurs projets de Jeunesse S’engage. Je suis tout d’abord resté perplexe quant à la réelle portée de cette association. Et je me suis dit pourquoi pas après tout, si ça marche tant mieux sinon on retournera devant la télévision…

Quelle surprise! Une association organisée avec un but précis à savoir, venir en aide aux plus nécessiteux avec les moyens du bord (ceux des bénévoles) et une volonté de sillonner la Ville de Montpellier dans ses moindres recoins!
Pas de Blabla et au charbon!!

Cette soirée a été pour ma part particulièrement chargée en émotion… La chaleur humaine n’a pas de prix. Elle n’est pas “marchandable”, pas négociable.
Vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point il est bon de faire sourire une personne à qui il en reste que ses yeux pour pleurer… Les rendre heureux le temps d’un instant… Ce n’était pas seulement du café ou du thé qu’on apportait mais bien un peu de réconfort, du temps de parole, de l’écoute.

Que Jeunesse S’engage ne s’efface pas.
Pour Eux, La Jeunesse n’est pas morte.”

Hicham

“Nous sommes le 6 octobre 2016. Il est 19 heures. Je m’apprête à vivre une expérience inédite. Aujourd’hui c’est ma premier maraude avec jeunesse s’engage.
Avec 2 amis, nous nous donnons rendez-vous à l’espace Martin Luther King qui se trouve entre le Corum et la place Albert 1er. On s’assoit dans une salle où se trouve déjà plusieurs personnes. Maxime prend la parole . Pourvu d’une expérience solide de l’humanitaire, il nous explique qu’il est responsable de la maraude avec sa collègue. Il nous propose de faire 3 équipes de 7 ou 8. Le gérant de l’association présent lui aussi répartit les victuailles apportées par les participants . Le but est de distribuer de la nourriture, des habits ou des produits de santé aux personnes démunis du centre ville de Montpellier.

Quelques minutes plus tard, le sourire jusqu’aux oreilles et munis d’une envie débordante mélangée à une certaine appréhension nous nous dirigeons vers le Corum. Lors de ce premier arrêt nous rencontrons quatre personnes toutes pourvues d’un chien et de petits chiots. Nous leur proposons quelques sandwich, des fruits, des habits ou boissons chaudes. Ils ne réclament pas et fiers malgrè leurs situations compliqués, nos compagnons d’un soir trouvent un réconfort certain lorsque nous leurs proposons ces aliments. A première vu ces personnes ont un aspect physique déroutant. Mais au final, ils sont blagueurs « Merci beaucoup. La prochaine fois on vous ramènera nous aussi quelque chose » rétorque un des quatre. Nous discutons 5 ou 6 minutes avec eux, de sujet divers. Comment s’appellent-ils ? D’ou viennent-ils ? Comment sont-ils arrivés à cette situation?

Lors de notre deuxième rencontre, nous proposons 2 portions de pâtes à deux hommes. L’un deux parle de son fils qui aime manger des pâtisseries. Alors un de mes compagnons, le sourire triomphant sort de son sac un paquet de biscuit. Le vieil homme se réjouit et nous remercie. “Merci pour mon fils, il va se régaler !”

La troisième rencontre se déroule juste à coté de l’opéra Comédie. Deux hommes assez jeunes sont heureux de nous voir. Ils vont dormir dehors ce soir, comme beaucoup d’autres soirs d’ailleurs. On s’assoit à coté d’eux. L’un deux accepte les fruits et tout en nous racontant une histoire picore quelques grains de raisins. Il nous explique qu’il squatte dans un terrain vague près de Lunel depuis quelques années. L’homme de bonne foi en a informé la mairie, et a tenté de rencontrer le propriétaire qui laisse son terrain à l’abandon. Le terrain pourrait être à lui dans quelques années si le propriétaire ne se manifeste pas. Le terrain possédant de nombreux pommiers, l’homme gentiment nous propose de nous en ramener quelques unes la semaine prochaine. Nous promettons de revenir la semaine prochaine.

Enfin arrive la dernière rencontre. Un homme, environ la quarantaine est assis sur le sol recouvert de couvertures. Comme pour les autres nous lui proposons à boire et à manger :
« – Du raisin monsieur ?
– Non merci, j’en ai trop bu
« Nous sourions.
« – Des biscuits alors ?
– Non merci, je n’ai plus douze ans
« Finalement il prends un thé, une poire et une pomme. Le dialogue continue :
« – Vous savez, j’ai un ami qui était SDF.
– Ah oui il s’appelle comment ?
– Gael. Et il a rencontré une femme qui travaille chez … . C’est le truc là pour aider les gens.
– La croix rouge !
– Oui c’est ça merci mon petit. Ils sont tombés amoureux et maintenant il vit chez elle.
– Ohhhh
– Et le mieux, c’est que chaque journée ils m’amènent des piles pour ma radio, une bouteille de vin et un peu à manger.

Voila comment se finit nos rencontres avec Jeunesse S’engage . On m’a demandé ensuite pourquoi j’ai voulu aidé ces gens. J’ai répondu que les aider à aller mieux, c’était me faire aller mieux aussi.”

Paul

Comme chaque semaine, de façon citoyenne, avec nos propres moyens, nous sommes allés dans des squats que nous avons l’habitude de visiter, dans lesquels nos concitoyens survivent, et nous avons également parcouru les rues du centre ville. Nous avons pu distribuer des dons de vêtements faits par de généreux donateurs : chaussettes, couvertures chaudes, parkas, pulls.
Nous avons distribué des sandwichs, de la salade de riz, des gâteaux, du café, de la bonne soupe chaude, et nous avons bien ri, tous ensemble.
Nous avons distribué un certain nombre d’informations utiles, concernant la ville de Montpellier, certaines structures d’hébergement d’urgence.

L’équipe de Jeunesse S’engage : Yacine, Maissa, Adrien, Mathilde, Julien, Talit, Pierre Louis, Loïs, Hugo, Léna, Mathilde, Hicham, Paul, Gabriel, Elsa, Jade, Clara, Marguerite, Ombeline, Anthony, Gael, Tim, Thierry, Maxime.

Pour les dons de vêtements, nous remercions chaleureusement Ludovic, Perrine, Séverine, Nora, Sylvie, Erwan, Mathilde, Émilie, Farid, Sandrine, Élisabeth, Dominique, Nafissa, Marie, Guillaume.

Pour les dons de produits hygiéniques, nous remercions chaleureusement tous les généreux donateurs qui, par leur contribution lors de notre collecte du 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, témoignent d’une solidarité concrète.

Résolument, semaine après semaine nous agissons, car nous disons qu’« après la philosophie, il faut l’Action »

Pour aller plus loin :

En savoir plus

Personnes à contacter
Responsables Maraude citoyenne
Marguerite – 0777361854 – marguerite.dandlau@hotmail.fr
Maxime – 0663460351 – maximemoreno63@gmail.com

La maraude citoyenne

Je participe

_________________________________

La maraude citoyenne en photo

batch_img_3811

batch_img_3777

batch_img_3740

batch_img_3803

batch_img_3784

batch_14632561_10154755021291435_1551496730_o

batch_14600599_10154755021316435_1344163818_o

batch_img_3824

batch_img_3738

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

contact@jeunessesengage.fr