Maraude citoyenne – Une semaine, Deux maraudes [Montpellier]

Maraude citoyenne – Une semaine, Deux maraudes [Montpellier]

Il vient un temps où protester ne suffit plus ;
Après la philosophie, il faut l’action

Face à l’indifférence croissante de notre société et face à un monde qui se dit désillusionné, nous avons décidé d’agir. La citoyenneté, c’est avant tout veiller les uns sur les autre, car nous appartenons toutes et tous à la même communauté.

Ensemble, en tant que citoyens, les membres de Jeunesse S’engage vont à la rencontre des plus démunis, dans les rues du centre ville.

Semaine un peu particulière, puisque deux maraudes ont été faites, mercredi et jeudi, et beaucoup de vêtements ont été distribués. En effet, les étudiants de Science Politique du M2 Coop ont organisé une collecte de vêtements chauds qu’ils ont immédiatement distribués dans les rues de Montpellier.

En proposant une boisson chaude, de la nourriture, des vêtements, mais aussi des adresses utiles et de la chaleur humaine ; en renouant la chaîne de la solidarité entre humains, modestement, nous voulons éveiller les consciences, et agir concrètement en aidant du mieux possible.

L’objectif premier est de venir en aide concrètement. Nous apportons café, thé, soupe chaude, sandwichs, pizzas : l’idée, c’est que chacune et chacun apporte un petit quelque chose, participe à la hauteur de ses moyens, ou quelque chose qu’il aura fait lui-même. Mais nous distribuons aussi des produits d’hygiène, des vêtements, des cartes avec des lieux utiles. Nous essayons surtout d’écouter, de parler, de rire : nous appelons ça la solidarité effective. Chacun apporte un peu de ce qu’il a et de ce qu’il est, et nous ne demandons à personne de financer notre actions.

Le second objectif, lié intimement au premier, est de consigner ce que nous faisons et les gens que nous aidons – très modestement : ainsi, nous réfléchissons, au sein de L’École des Savoirs, au pourquoi du regain énorme de la pauvreté extrême en France ; et nous y apportons des propositions globales. Le but est également de créer et de mettre en place des processus permettant à des personnes, rencontrées dans nos rues, d’en sortir.


Car la citoyenneté, c’est avant tout veiller sur les autres, nous agissons de façon régulière chaque semaine, non pas par l’assistanat, mais par l’entraide et la solidarité.

Témoignages de maraudeurs

“C’est en cette froide soirée d’automne que, avec l’équipe de Jeunesse S’engage, nous nous aventurons dans les rues de Montpellier afin de rencontrer et d’aider les personnes dans le besoin. Nos sacs remplis de nourritures, vêtements, médicaments, boissons chaudes, nous sommes donc tous bien décidés a prêter main forte aux plus démunis, et peut-être parvenir à redonner un peu d’espoir et de lumière. Notre première rencontre fut un couple d’une cinquantaine d’années, mariés depuis peu, à la recherche d’un emploi. Leurs accueillent fut l’un des plus chaleureux, leurs sourires très communicatifs, nous leurs proposons directement un verre de soupe, des sandwiches et quelques habits. Au même moment, un adolescent de mon âge m’interpelle dans la rue pour me demander une cigarette, je lui répondis que je n’en ai pas, il me regarda avec mépris, en me disant que les pauvres n’avaient pas besoin de mon aide, que je ne servais a rien, puis il continue son chemin en marmonnant quelques insultes. Je n’ai jamais pu comprendre les personnes qui ne ressentent pas d’empathie, de plus que c’est un paradoxe total de me demander un service et de me reprocher d’en donner aux autres. Bref, en somme cette altercation n’a fait que me conforter dans l’idée de ne donner qu’à ceux qui font preuve de respect et d’ouverture. Chemin faisant,  nous continuons notre aventure, où nous rencontrons un groupe de 2 femmes qui vendaient des livres. Elles étaient toutes les deux ravies de pourvoir essayer de nouveaux vêtements, s’admirant dans le reflet des vitrines de commerce et se commentant l’une a l’autre sur leurs nouvelles tenues. Ce fut un moment très convivial, j’ai ensuite parlé longuement avec l’une d’entre elle qui songeait à créer un mouvement populaire contre la violence que subissent les femmes, ayant elle-même subit plusieurs aggressions lié au fait que la rue est un endroit de plus en plus hostile aux femmes, et qu’il est dur de s’imposer face à une majorité d’homme dans ce milieu.Ce fut une discussion très profonde, une complicité s’est vite créée entre nous, elle s’intéressait également a mes préoccupations, mes etudes… Ensuite, nous descendons pour rencontrer deux personnes, qui étaient amis de longues dates : un Tchèque et un Slovaque. Une fois les présentations et les dons fait, l’un d’entre eux m’expliqua (à travers une conversation difficile à comprendre en anglais) qu’il était atteint d’une maladie du sang mais que l’hôpital refusait de lui porter soin sous prétexte de l’absence de papiers. Je lui suggérais de faire appel à d’autres services pouvant lui venir en aide mais il semblait animé par un seul objectif : rejoindre un ami en Irlande, où les paysages sont vides de populations, se disant lassé du milieu urbain car ayant vagabondé dans beaucoup de grandes villes européennes. Je lui fis naturellement part de tout mon soutien. Enfin nous avons rencontré un couple venant des Pays-Bas, ils vivent en France depuis plusieurs mois, dehors la plupart du temps, je fus directement surpris par les énergies positives qu’ils nous transmettaient. Ils nous expliquèrent plus tard qu’ils tenaient leurs art de vivre du Bouddhisme, et de la religion Rastafari.
Ce que j’ai appris dans cette maraude est la pluralité des profils des sans-abris, ayant chacun sa propre histoire personnel qui les ont menés ici, mais qu’ils ont comme point commun nombre de choses à transmettre, à qui veux bien les recevoir.”

M.

 

  “L’hiver est bel et bien là, désormais les nuits sont froides. Alors on s’est dit : pourquoi ne pas organiser une collecte de vêtements chauds ? Et puis, ça tombe bien, cette semaine est un peu particulière, c’est la semaine de la solidarité. Alors c’est parti ! Ce jeudi soir nous parcourons les rues de Montpellier munis, comme à l’habitude, de thermos d’eau chaude et de soupe mais avec, cette fois-ci, un petit changement. A la place de la nourriture, nous avons avec nous une partie des dons reçus toute la semaine afin de les distribuer. Et il y a le choix ! Malgré certaines hésitations au début, un premier regard dans un sac puis dans un autre et alors ça farfouille, ça essaie et puis parfois ça repose même (« pas cette couleur »). Mais tiens, cachée au fond d’un sac voilà une écharpe grise. Ce sera donc celle-ci ! Pour ceux qui n’ont pas pu trouver leur bonheur au fond de nos sacs, nous les avons rassurés : il reste tout un tas de vêtements (et c’est peu dire !) à distribuer les prochaines semaines.

  Ce que je retiens de ce jeudi soir, c’est qu’en plus du temps ou de la nourriture que nous pouvons donner, nous avons pu réchauffer quelques cœurs. Et cela a été possible grâce à ces bouts de tissus enfouis au fond de nos placards qui n’attendaient qu’une chose : être portés.  Merci aux donateurs et merci pour le temps passé avec toutes ces personnes à qui nous avons offert un peu de chaleur et de sourire.”

Léna

Comme chaque semaine, de façon citoyenne, avec nos propres moyens, nous sommes allés dans des squats que nous avons l’habitude de visiter, dans lesquels nos concitoyens survivent, et nous avons également parcouru les rues du centre ville. Nous avons pu distribuer des dons de vêtements faits par de généreux donateurs : chaussettes, couvertures chaudes, parkas, pulls.
Nous avons distribué des sandwichs, de la salade de riz, des gâteaux, du café, de la bonne soupe chaude, et nous avons bien ri, tous ensemble.
Nous avons distribué un certain nombre d’informations utiles, concernant la ville de Montpellier, certaines structures d’hébergement d’urgence.

L’équipe de Jeunesse S’engage : Lucas, Marie, Dylan, Morgane, Guilhem, Mariam, Thibault, Léna, Mathis, Damien, Anna, Camille, Julien, Fanny, Marguerite, Maxime, Anthony, Robin, Lena, Chloë, Clara, Pauline, Juliette, Maguelone, Nadège, Zélia, Fabien, Lana, Alessia, Roger, Simon

Pour les dons de vêtements, nous remercions chaleureusement Ludovic, Perrine, Séverine, Nora, Sylvie, Erwan, Mathilde, Émilie, Farid, Sandrine, Élisabeth, Dominique, Nafissa, Marie, Guillaume.

Pour les dons de produits hygiéniques, nous remercions chaleureusement tous les généreux donateurs qui, par leur contribution lors de notre collecte du 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, témoignent d’une solidarité concrète.

Résolument, semaine après semaine nous agissons, car nous disons qu’« après la philosophie, il faut l’Action »

Pour aller plus loin :

En savoir plus

Personnes à contacter
Responsables Maraude citoyenne
Marguerite et Maxime – maraude.jeunessesengage@gmail.com – 07.69.15.03.30

La maraude citoyenne

Je participe

_________________________________

La maraude citoyenne en photo

batch_img_4571

batch_20161116_194905

batch_img_4563

batch_20161116_200535

batch_img_4568

batch_15133835_10154900168161435_912492474_o

batch_15127571_10154900168141435_1263318160_o

batch_15134151_10154900168186435_1718023782_o

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

contact@jeunessesengage.fr