Maraude collégienne citoyenne [Montpellier]

Maraude collégienne citoyenne [Montpellier]

Il vient un temps où protester ne suffit plus ;
Après la philosophie, il faut l’action

Face à l’indifférence croissante de notre société et face à un monde qui se dit désillusionné, nous avons décidé d’agir. La citoyenneté, c’est avant tout veiller les uns sur les autre, car nous appartenons toutes et tous à la même communauté.

Ensemble, en tant que citoyens, les membres de Jeunesse S’engage vont à la rencontre des plus démunis, dans les rues du centre ville. Cette semaine, c’était la maraude citoyenne avec les élèves et des accompagnants du collège de l’Assomption à Montpellier.

Faire participer des élèves de 3ème à une maraude citoyenne, dans les bas-fonds de la ville, cela a beaucoup de sens pour nous. Cet acte est modeste, mais il n’est pas anodin. Aller à la rencontre des plus démunis de nos concitoyens, quand on a 14 ans, c’est un geste d’une grande profondeur humaine. Nous pensons que le monde ne pourra aller mieux qu’avec un nouvel élan, avec un supplément d’âme. Réinventer le monde de demain commence aujourd’hui, et les très jeunes sont en première ligne.

Les jeunes ont besoin d’agir et de créer. La société ne semble pas leur proposer autre chose que consommer, y compris des biens immatériels qui, jusque-là dans l’histoire de l’homme ne servaient pas à cela. Il faut donc proposer aux jeunes une forme, mais aussi un fond nouveau, alternatif par certains aspects, qui leur permettra de redonner du sens, en attendant de trouver leur place.

Ces jeunes ne sont pas encore des citoyens, mais ils le seront dans quelques années. Aussi, c’est notre devoir d’aîné de leur faire découvrir la réalité dans toute sa beauté et toute sa dureté, c’est notre devoir d’aîné de leur faire comprendre qu’un droit ne pas sans un devoir, que des personnes honnêtes et courageuses peuvent tomber, et qu’une société humaine digne de ce nom doit être là non pour blâmer, mais pour aider et permettre à une femme, à un homme, de retrouver sa dignité d’être humain, étape nécessaire pour une “réinsertion”.

On n’est jamais trop jeune pour accomplir ce genre d’action concrète, au contraire : pour affronter les grandes épreuves qui se préparent, le salut sera dans la générosité héroïque, dans l’habitude constante de ne pas fermer son coeur, dans la ferme volonté de résoudre les problèmes par le haut, et de redonner, enfin, tout leur sens aux valeurs et aux principes qui présidèrent à la fondation de notre grande communauté humaine.

Bien évidemment, cette action est une goutte d’eau. Mais nous croyons intimement que l’Acte est fondateur et libérateur. C’est-à-dire que l’Acte permet de créer un élan positif et concret, et ensuite de frapper d’autres imaginations pour les inciter, sans injonction, à agir à leur tour. Beaucoup de ceux qui changèrent le monde partirent de rien, mais ils surent conserver intacte en eux leur espérance et leur croyance en ceci : le bien-fondé d’une grande cause qui les dépasse, et qui ne pourra advenir s’ils ne s’en mêlent pas. D’où leur légitimité a posteriori…

Nous voulons substituer, dans notre pays, la morale à l’égoïsme…


En proposant une boisson chaude, de la nourriture, des vêtements, mais aussi des adresses utiles et de la chaleur humaine ; en renouant la chaîne de la solidarité entre humains, modestement, nous voulons éveiller les consciences, et agir concrètement en aidant du mieux possible.

L’objectif premier est de venir en aide concrètement. Nous apportons café, thé, soupe chaude, sandwichs, pizzas : l’idée, c’est que chacune et chacun apporte un petit quelque chose, participe à la hauteur de ses moyens, ou quelque chose qu’il aura fait lui-même. Mais nous distribuons aussi des produits d’hygiène, des vêtements, des cartes avec des lieux utiles. Nous essayons surtout d’écouter, de parler, de rire : nous appelons ça la solidarité effective. Chacun apporte un peu de ce qu’il a et de ce qu’il est, et nous ne demandons à personne de financer notre actions.

Le second objectif, lié intimement au premier, est de consigner ce que nous faisons et les gens que nous aidons – très modestement : ainsi, nous réfléchissons, au sein de L’École des Savoirs, au pourquoi du regain énorme de la pauvreté extrême en France ; et nous y apportons des propositions globales. Le but est également de créer et de mettre en place des processus permettant à des personnes, rencontrées dans nos rues, d’en sortir.


Car la citoyenneté, c’est avant tout veiller sur les autres, nous agissons de façon régulière chaque semaine, non pas par l’assistanat, mais par l’entraide et la solidarité.

Témoignages de maraudeur

“Parfois la vie t’offre des instants purs et sans artifice. Des instants qui se transforment en souvenirs inoubliables, gravés en toi au plus près de ton coeur et de ton âme pour parfaire à l’être que tu es et celui que tu deviens.

Mercredi soir dernier, alors que je vivais ma première maraude, je ressentis en moi une émotion apaisante: j’avais la sensation d’être à l’endroit exact où je devais me trouver. J’étais là. Dans l’ici et le maintenant, entourée de ces regards et sourires marqués par la vie. Entourée de ces histoires dévoilées ou bien secrètes. J’étais là à vivre pleinement un partage d’égal à égal, sans a priori ni jugement. J’étais là à vivre une expérience tout simplement unique. Une expérience qui ne laisse pas indifférent une fois vécue. Une expérience à la fois humaine et humanisante.”

 

             Aurianne

Janvier 2017. Nouvelle année, nouveau départ. Me voilà de retour à Montpellier pour la reprise de mes études. Depuis presque un an j’ai attendu cette soirée si particulière à mes yeux, ce moment où je pourrai enfin retrouver les visages familiers de ceux que j’ai côtoyés, de ceux qui m’ont fait grandir, de ceux qui m’ont fait sourire. L’heure de la rentrée a sonné, en ce mois de janvier. L’engagement appelle….et ne laisse pas indifférent….

Avec toute l’équipe de JE nous voilà de nouveau arpentant les rues de Montpellier, à la rencontre des gens de la rue, discutant, riant, partageant avec eux chacun de nos projets d’avenir, de nos voyages. Nous avons tous une vie riche en péripéties, riche en aventure, riche en rêve…et qui nous rend heureux ! Nous prenons le temps de discuter, autour d’une boisson chaude, apportant un peu de réconfort.

Plus les rencontres défilent, plus je suis tiraillée entre une profonde excitation et une paix intérieure. C’est ma première maraude en tant que responsable. Je redécouvre avec des yeux nouveaux les bienfaits qu’apporte une maraude solidaire. Être porté par ce sentiment, où vous vous sentez animé d’un feu brûlant, où vous vous découvrez, où vous vous mettez à nu et partagez un réel cœur à cœur avec les sans-abris. L’émotion est toujours aussi vive, que l’on soit volontaire ou responsable. Les maraudes sont une belle leçon de vie bilatérale. On aide les autres, nous les faisons exister, en échange ils nous donnent force et courage pour braver les épreuves de la vie, nous apprennent l’optimisme, nous aident à croire en nous et à voir l’essentiel dans notre quotidien. Je finirai par une phrase de Omraam Aivanhov qui illustre parfaitement le sentiment qui m’habite ce soir : « Notre cœur doit être rempli d’amour pour les humains qui sont tous nos frères : nous devons penser à eux, les aider sans attendre la moindre récompense. Pourquoi ? Parce que nous avons déjà la récompense. C’est cette dilatation intérieure, cette chaleur, cette inspiration qui nous comblent lorsque nous aimons. »

Mercredi soir dernier à la maraude, on était quatre, c’est vrai que c’est pas beaucoup mais on était là avec nos affaires et surtout on était là avec notre esprit et notre corps. Le contact entre humains est super important je trouve et même en étant peu on a réussi à mettre de l’ambiance dans la rue de la Loge et à en faire sourire plus d’un. Chaque personne est différente comme si on lisait un livre remplit de personnages tous aussi intéressants les uns que les autres. Les maraudes m’ont beaucoup apportées depuis le début de cette année 2017 et j’espère continuer ainsi vraiment longtemps. La plupart des gens critiquent les sans-abris mais ils ne les ont jamais vraiment regardés. On en voit tout les jours des gens qui passent devant eux et qui n’ont même pas la gentillesse ou la politesse de dire un simple bonjour ou de faire ne serait ce qu’un sourire. Et pourtant, en leur parlant on apprend à les connaître, on leur parle de notre vie, du quotidien, il y a un vrai échange qui se produit et c’est cela qui est beau! Une fois que chaque maraude se termine, je rentre chez moi avec une joie incomparable et un sourire jusqu’au oreilles, et j’attends patiemment la semaine qui suit pour y retourner encore et encore et continuer de voir chaque mercredi soir des sourires sur les visages.

Hayden

“Le plus large, le plus généreux des amours est celui de l’humanité, c’est le désir de voir le bien que nous désirons pour nous-mêmes étendu à nos semblables, c’est l’espoir de leur bonheur, le souci de leur intérêt.”

-Silvio Pellico

Comme chaque semaine, de façon citoyenne, avec nos propres moyens, nous sommes allés dans des squats que nous avons l’habitude de visiter, dans lesquels nos concitoyens survivent, et nous avons également parcouru les rues du centre ville. Nous avons pu distribuer des dons de vêtements faits par de généreux donateurs : chaussettes, couvertures chaudes, parkas, pulls.
Nous avons distribué des sandwichs, de la salade de riz, des gâteaux, du café, de la bonne soupe chaude, et nous avons bien ri, tous ensemble.
Nous avons distribué un certain nombre d’informations utiles, concernant la ville de Montpellier, certaines structures d’hébergement d’urgence.

Pour les dons de vêtements, nous remercions chaleureusement Ludovic, Perrine, Séverine, Nora, Sylvie, Erwan, Mathilde, Émilie, Farid, Sandrine, Élisabeth, Dominique, Nafissa, Marie, Guillaume

Résolument, semaine après semaine nous agissons, car nous disons qu’« après la philosophie, il faut l’Action »

Pour aller plus loin :

En savoir plus

Personnes à contacter
Responsables Maraude citoyenne
Marguerite et Maxime – maraude.jeunessesengage@gmail.com – 07.69.15.03.30

La maraude citoyenne

Je participe

_________________________________

La maraude citoyenne en photo

batch_20170120_192735

batch_20170120_192643

batch_20170120_192648

batch_20170120_192733

batch_20170120_204104

batch_20170120_193125

batch_20170120_192800

batch_20170120_193140

batch_20170120_204158

batch_20170120_193159

batch_20170120_193134

batch_20170120_211759

batch_20170120_210528

batch_20170120_211747

batch_20170120_210012

batch_20170120_210524

batch_20170120_211806

batch_20170120_211751

batch_20170120_211819

batch_20170120_212416

batch_20170120_213634

batch_20170120_211833

batch_20170120_213608

batch_20170120_213644

batch_20170120_213651

batch_20170120_213547

batch_20170120_213655

batch_20170120_213705

batch_20170120_214305

batch_20170120_214318

batch_20170120_213720

batch_16237466_10155141497811435_284119876_n

batch_16216261_10155141497706435_414370220_n

batch_16216124_10155141497876435_1745220643_n

batch_16244307_10155141497936435_973232200_n

batch_16238035_10155141498081435_791034525_n

batch_16295391_10155141497991435_1841822426_n

batch_16296085_10155141497721435_458324931_n

batch_20170120_201021

batch_16244308_10155141497836435_2047482031_n

batch_20170120_201015

batch_20170120_212456

batch_20170120_212435

batch_20170120_212819

batch_20170120_212434

batch_20170120_212437

batch_20170120_212458

batch_20170120_212829

batch_20170120_212845

batch_20170120_212848

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

contact@jeunessesengage.fr