Maraude citoyenne – “De l’attention, pas de pitié” [Paris]

Maraude citoyenne – “De l’attention, pas de pitié” [Paris]

Il vient un temps où protester ne suffit plus ;
Après la philosophie, il faut l’action

Face à l’indifférence croissante de notre société et face à un monde qui se dit désillusionné, nous avons décidé d’agir. La citoyenneté, c’est avant tout veiller les uns sur les autre, car nous appartenons toutes et tous à la même communauté.

Ensemble, en tant que citoyens, les membres de Jeunesse S’engage vont à la rencontre des plus démunis, dans les rues de la ville.

En proposant une boisson chaude, de la nourriture, des vêtements, des produits hygiéniques, mais aussi des adresses utiles et de la chaleur humaine ; en renouant la chaîne de la solidarité entre humains, modestement, nous voulons éveiller les consciences, et agir concrètement en aidant du mieux possible.

L’objectif premier est de venir en aide concrètement. Nous apportons café, thé, soupe chaude, sandwichs, pizzas : l’idée, c’est que chacune et chacun apporte un petit quelque chose, participe à la hauteur de ses moyens, ou quelque chose qu’il aura fait lui-même. Mais nous distribuons aussi des produits d’hygiène, des vêtements, des cartes avec des lieux utiles. Nous essayons surtout d’écouter, de parler, de rire : nous appelons ça la solidarité effective. Chacun apporte un peu de ce qu’il a et de ce qu’il est, et nous ne demandons à personne de financer nos actions.

Le second objectif, lié intimement au premier, est de consigner ce que nous faisons et les gens que nous aidons – très modestement : ainsi, nous réfléchissons, au sein de L’École des Savoirs, au pourquoi du regain énorme de la pauvreté extrême en France ; et nous y apportons des propositions globales. Le but est également de créer et de mettre en place des processus permettant à des personnes, rencontrées dans nos rues, d’en sortir.


Car la citoyenneté, c’est avant tout veiller sur les autres, nous agissons de façon régulière chaque semaine, non pas par l’assistanat, mais par l’entraide et la solidarité.

Témoignage de Maraudeur

 

Ce donner rendez-vous à un arrêt de métro dans le but d’aller vers les gens, est une initiative qui peut paraître banale à première vue mais qui se révèle au fil des pas et des rencontres, être une aventure pleine d’inattendus. Celle de ce soir à durée moins de deux heures, les rues étaient quasi désertes, ce qui en soi est une bonne nouvelle mais malheureusement ce vide ne s’expliquait que par ce temps pluvieux forçant ainsi les gens à se retranchés dans les gares. Assis à quai, ces individus sans domicile deviennent des spectateurs d’un monde qui bouge, qui se bouscule et qui s’ignore volontairement. Des spectateurs invisibles mais bruyants car souvent on entend des voix. Comme ce soir cette femme qui s’avance péniblement vers une dame sorti du métro et d’une voix vive sorti un « Bonsoir, une pièce s’il vous plaît ? »…qui n’a reçu pour réponse qu’une simple indifférence.

Cette maraude, c’est le moment justement où on arrête d’entendre des voix ou de voir simplement un homme assis par terre adossé contre un mur, et on passe à un regard sincère pour ensuite entamer doucement une communication légère sur des sujets majeurs comme : la difficulté de se nourrir tous les soirs, de trouver des endroits décents où dormir, d’obtenir des vêtements pour passer l’hiver, d’avoir des soins médicaux suivis…

Oui vu de l’extérieur, la première impression est celle de la brutalité, de la tristesse et de l’injustice d’un tel mode de vie, cela est incontestablement vrai mais au delà après les cinq premières minutes de la discussion, on découvre une image d’un quotidien qui nous est commun. Une vie ayant ses hauts et ses bas, ses moments d’angoisses et d’extases.

 

Une jeune fille rencontrée ce soir sur le quai du mètre 8 à Bonne nouvelle, fête son anniversaire le 7 mars et grâce à la Maraude elle a trouvé son petit bonheur pour l’occasion, une petite robe noire en coton tricoté, avec des manches trois quart. Le sourire aux lèvres elle montre le vêtement à son amoureux assis entre deux hommes sirotant le café et la soupe chaude servit par Olivier et Étienne,

– « Regarde chéri…

– elle est toute belle la robe

– je pourrai la mettre pour mon anniversaire

– oui et prends moi ce pull

– non, je t’es pris ce sweat plutôt

– ok cool ! ».

 

Voilà une des conversations qu’un jeune couple vivant dans la rue s’échange, malgré leur situation précaire, ils ont cette énergie positive et optimiste qui devient sans qu’on ni prête attention contagieuse, on esquisse un sourire tout bête devant une scène anodine. Ces hommes, ces femmes et ces enfants vivant dans la rue sont des soldats de leur propre vie, ils restent debout et combatif face aux épreuves qu’ils traversent.

À travers ces Hommes, on voit tout ce que l’humain à de beau : l’amour, l’amitié, le partage, la joie, la tristesse et la force. Ils sont riches des gens qui les entourent et des personnes qui leur viennent en aide occasionnellement.

Décider de voir le verre à moitié plein est le but de ma démarche dans cette maraude. Aller vers les gens pour manifester ma tristesse et ma compassion n’est pas salutaire à mes yeux, l’essentiel c’est de partager des instants riches, constructifs et joyeux avec des inconnus attachants.

À mon humble avis, Ils n’ont pas besoin de pitié mais d’attention.

Distribution 

Vêtements et produits hygiéniques  : slips, couvertures chaudes, parkas, pulls, pansements, désinfectant, serviettes hygiéniques, savons.
Nourriture : sandwichs, gâteaux, café, thé, de la bonne soupe chaude, tarte au fromage, boites de conserve…

Informations utiles : Plan, services sociaux et structures d’hébergement d’urgence.

L’équipe de Jeunesse S’engage : Swati, Djiba, Étienne, Olivier

Pour les dons de vêtements, nous remercions chaleureusement les universités partenaires qui ont participé à la récolte hivernale : Assas Ifp, Iae Hustave Eiffel, École de danse Choréia, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Pour les dons de produits hygiéniques, nous remercions chaleureusement tous les généreux donateurs qui, par leur contribution lors de notre collecte du 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, témoignent d’une solidarité concrète.

Résolument, semaine après semaine nous agissons, car nous disons qu’« après la philosophie, il faut l’Action »

Pour aller plus loin :

En savoir plus

Personnes à contacter
Responsables Maraude citoyenne Paris
 Olivier – 06 19 46 20 91 – olivier.saunier@jeunessesengage.fr

 

La maraude citoyenne

Je participe

_________________________________

La maraude citoyenne en photo

16990479_376911939360313_218076554_o

 

 

 

 

 

 

 

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

contact@jeunessesengage.fr