Maraude citoyenne – « Celui-ci me regarde alors droit dans les yeux sans me les lâcher “Monsieur, je suis dans la merde …” » [Montpellier]

Maraude citoyenne – « Celui-ci me regarde alors droit dans les yeux sans me les lâcher “Monsieur, je suis dans la merde …” » [Montpellier]

Il vient un temps où protester ne suffit plus ;
Après la philosophie, il faut l’action

Face à l’indifférence croissante de notre société et face à un monde qui se dit désillusionné, nous avons décidé d’agir. La citoyenneté, c’est avant tout veiller les uns sur les autre, car nous appartenons toutes et tous à la même communauté.

Ensemble, en tant que citoyens, les membres de Jeunesse S’engage vont à la rencontre des plus démunis, dans les rues du centre ville. Deux maraudes ont été faites cette semaine, mercredi et jeudi.

En proposant une boisson chaude, de la nourriture, des vêtements, mais aussi des adresses utiles et de la chaleur humaine ; en renouant la chaîne de la solidarité entre humains, modestement, nous voulons éveiller les consciences, et agir concrètement en aidant du mieux possible.

L’objectif premier est de venir en aide concrètement. Nous apportons café, thé, soupe chaude, sandwichs, pizzas : l’idée, c’est que chacune et chacun apporte un petit quelque chose, participe à la hauteur de ses moyens, ou quelque chose qu’il aura fait lui-même. Mais nous distribuons aussi des produits d’hygiène, des vêtements, des cartes avec des lieux utiles. Nous essayons surtout d’écouter, de parler, de rire : nous appelons ça la solidarité effective. Chacun apporte un peu de ce qu’il a et de ce qu’il est, et nous ne demandons à personne de financer notre actions.

Le second objectif, lié intimement au premier, est de consigner ce que nous faisons et les gens que nous aidons – très modestement : ainsi, nous réfléchissons, au sein de L’École des Savoirs, au pourquoi du regain énorme de la pauvreté extrême en France ; et nous y apportons des propositions globales. Le but est également de créer et de mettre en place des processus permettant à des personnes, rencontrées dans nos rues, d’en sortir.


Car la citoyenneté, c’est avant tout veiller sur les autres, nous agissons de façon régulière chaque semaine, non pas par l’assistanat, mais par l’entraide et la solidarité.

Témoignages de maraudeuses

    Rester insensible face à la précarité de l’existence est une tâche impossible, elle finit par nous atteindre et nous éclater au visage, et nous maintient la gorge serrée. Durant une maraude, un mercredi soir, un monsieur d’une quarantaine d’année s’est confié après que je me sois présenté à lui. Il est fort agité, anxieux, malheureux « putain j’ai plus de RSA, j’ai plus rien », je tente de dialoguer et de l’apaiser. Celui-ci me regarde alors droit dans les yeux sans me les lâcher « Monsieur, je suis dans la merde … ». Je n’ai que vingt-trois ans et je soutiens sans faiblir ce regard désespéré, sa détresse est immense, il me la communique, je la reçois, la comprend. Je répond le plus simplement et le plus sincèrement possible, mon regard plongé dans le sien, « oui, je sais … », nous nous comprenons. L’échange se poursuit, ce monsieur est un nouveau-venu dans le monde de la rue, je le renseigne sur quelques associations qui pourraient l’aider un tant soit peu, tout du moins qui le consoleraient, si cela est possible, tout du moins qui le feraient se sentir humain. Poignée de mains, puis nous nous quittons. Mes sens sont affolés, j’ai le coeur comme une éponge mouillée. Je me demande parfois si les grands, ne vous méprenez pas, je les considère ainsi uniquement en regard de la taille de leur porte-monnaie et le pouvoir qu’ils en retirent, je disais donc, je me demande si l’un de ces grands aurait pu soutenir un tel regard, le regard d’une personne terriblement effondrée, terrifiée pour sa propre survie. Les petites gens peuvent soutenir ce regard mais les grands, je ne sais.

Comme chaque semaine, de façon citoyenne, avec nos propres moyens, nous sommes allés dans des squats que nous avons l’habitude de visiter, dans lesquels nos concitoyens survivent, et nous avons également parcouru les rues du centre ville. Nous avons pu distribuer des dons de vêtements faits par de généreux donateurs : chaussettes, couvertures chaudes, parkas, pulls.
Nous avons distribué des sandwichs, de la salade de riz, des gâteaux, du café, de la bonne soupe chaude, et nous avons bien ri, tous ensemble.
Nous avons distribué un certain nombre d’informations utiles, concernant la ville de Montpellier, certaines structures d’hébergement d’urgence.

L’équipe de Jeunesse S’engage de ce soir :
Marie, Maxime, Lucas, Johanna, Ciane, Octavie, Guilhem, Thierry.

Résolument, semaine après semaine nous agissons, car nous disons qu’« après la philosophie, il faut l’Action »

Pour aller plus loin :

En savoir plus

Personnes à contacter
Responsables Maraude citoyenne
Marie et Maxime – maraude.jeunessesengage@gmail.com

La maraude citoyenne

Je participe

_________________________________

La maraude citoyenne en photo

 

batch_20170315_193805

batch_20170315_193815

batch_20170315_193807

batch_20170315_172645

batch_20170315_203756

batch_20170315_202452

batch_20170315_202449

batch_20170315_205255

batch_20170315_205310

batch_20170315_203757

batch_20170315_203758

batch_20170315_205341

batch_20170315_205342

batch_20170315_205527

batch_20170315_212918

batch_20170315_205640

batch_20170315_205641

batch_20170315_210701

Jeunesse S’engage décline toute responsabilité quant aux photographies, vidéos, avis, témoignages, commentaires, ou tout autre élément de communication, dans leur utilisation, leur contenu ou leur diffusion.

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

contact@jeunessesengage.fr